Salle jaune

(spiritisme)

Fascinée par les recherches scientifiques de la fin du XIXe siècle, Ulla von Brandenburg s’est beaucoup intéressée à la question du spiritisme et aux questionnements de l’époque sur l’existence d’une réalité invisible. Convaincue que tout ce qui existe n’est pas visible ni quantifiable, l’artiste aborde la question de la présence d’esprit ou de fantômes. On peut ajouter que l’artiste a grandi dans un environnement très imprégné de la pédagogie de Rudolf Steiner, dont l’un des principes fondamentaux est la tripartition corps physique, astral et éthérique. L’artiste revisite ici ces principes en empruntant son répertoire iconographique à l’imagerie du tournant du XXe siècle.

Vue de la salle / Photo: Julien Gremaud